La géobiologie d'Anthony

L’agriculture, l’élevage et la géobiologie

agriculture élevage géobiologie

Les agriculteurs et les éleveurs sont en première ligne pour constater les effets des réseaux géobiologiques, des ondes électromagnétiques, des failles et des cours d’eau souterrains. Souvent, ils s’aperçoivent que leurs animaux vont très bien à un endroit et qu’à un autre ils sont toujours mal-en-point. J’ai moi-même discuté avec une éleveuse de poules pondeuses. Elle a tout de suite compris d’où venait son problème de poules malades. Explications.

La géobiologie, une des solutions en agriculture

agriculteur ferme géobiologie

Les témoignages sont toujours les mêmes. Les agriculteurs et les éleveurs appellent des vétérinaires qui sont impuissants face au mal-être des animaux. Malgré leurs connaissances et leur bonne foi, ils ne trouvent rien qui n’aille pas. Mais les porcs ont des problèmes de croissance, les chèvres et les chevaux s’énervent, les poules meurent, les vaches ne boivent plus et produisent moins de lait, etc. C’est à cet instant que le géobiologue entre en scène. Il va étudier les perturbations naturelles et artificielles présentes sur l’exploitation agricole.

Les animaux sont beaucoup plus sensibles aux perturbations qui les entourent que les êtres humains. Ils ont un lien très étroit avec l’invisible. Le moindre déséquilibre électromagnétique va avoir un impact sur eux. Sur une exploitation agricole, les défauts électriques sont fréquents. C’est pourquoi, si une installation ou un appareil est défectueux (comme un défaut d’isolement), cela va entraîner des courants électriques « vagabonds » dans le sol. Ces courants peuvent alors grimper sur toutes les armatures métalliques non reliées à la terre jusqu’à l’abreuvoir ou la mangeoire par exemple. De plus, ces courants viennent parasiter les réseaux cosmo-telluriques, souvent en les amplifiant. Les animaux d’élevage (hors bipèdes) ne sont pas protégés contre ces courants électriques « vagabonds ». Leurs sabots ne les isolent pas du sol. Une des solutions est d’abord de faire vérifier par un électricien la qualité des installations électriques. Ensuite, il faut contrôler la résistance des prises de terre de tous les bâtiments de l’exploitation, c’est une étape essentielle.

Géobiologie, agriculture et animaux

Prenons d’abord les perturbations artificielles, c’est-à-dire : les antennes-relais, les lignes à haute tension, les éclairages des bâtiments agricoles, les éoliennes, les défauts d’installations électriques, les panneaux solaires… Que ce soit au niveau matière, vibratoire ou informationnel, toutes ces pollutions perturbent l’environnement des animaux et des êtres humains selon les éleveurs (voir le rapport OPECST de Philippe Bolo mai 2021 et l’enquête citoyenne CRIIREM « Vivre avec une ligne THT »). Pourtant, les études officielles actuelles concluent qu’ils n’existent pas d’effets directs sur les animaux excepté les courants « vagabonds » (rapport d’Office parlementaire n° 506 (2009-2010)). Alors, comment expliquer le mal-être des animaux et des agriculteurs dans certaines fermes ? Il faut analyser l’intérieur des bâtiments et les alentours de l’exploitation. Des solutions existent pour ces nuisances même si parfois elles sont difficiles à mettre en place. Pour commencer, les agriculteurs devraient retirer tous les panneaux solaires des toits de leurs bâtiments. Ils coupent le rayonnement cosmique qui est vital pour tout être vivant.

Concernant les perturbations naturelles, comme les réseaux cosmo-telluriques, les failles et les cours d’eau souterrains, elles ont aussi un impact sur les animaux mais également sur les cultures et les abeilles ! Ces impacts peuvent être bénéfiques ou négatifs. Si l’on place des ruches sur le réseau géobiologique Hartmann, les abeilles vont devenir très excitées et produire plus de miel. Les insectes aiment particulièrement ce réseau. À l’inverse, si vous placez des chevaux, des vaches, des porcs, des poules, etc… sur une zone non neutre, c’est-à-dire sur des perturbations naturelles, les animaux vont s’agiter et vont commencer à développer des problèmes de santé plus ou moins graves à long terme. Il faut absolument éviter ces zones géopathogènes et déplacer les animaux à un autre endroit. Aussi, en zone non perturbée, si vous avez la chance de croiser le réseau solaire et d’installer quelques plantations sur ses croisements, vous aurez de grosses et belles récoltes. Vous pouvez y placer vos bêtes, elles seront en pleine forme !

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT VOTRE EBOOK SUR LA GÉOBIOLOGIE !

Ebook PDF gratuit géobiologie

Traitement en cours…
Merci ! Vous allez recevoir votre E-book.

Les agriculteurs se forment en géobiologie

ferme animaux géobiologie

Totalement oubliée en France, la géobiologie revient au premier plan chez les agriculteurs et les éleveurs depuis quelques années. Ceux qui manient cette pratique ne peuvent plus s’en passer ! Les chambres d’agriculture françaises proposent des formations de géobiologie de 1 à 3 jours. On y apprend les bases. Les expertises géobiologiques dans les exploitations agricoles sont les plus difficiles à réaliser mais les résultats sur la santé des animaux et le bien-être retrouvé dans toute la ferme en valent la peine. Les animaux et les cultures ne mentent pas. Mon éleveuse de poules pondeuses a fini par changer ses bêtes de place. Depuis, elles ne sont plus malades. Pourquoi ne pas essayer ?

Sommaire
L'agriculture, l'élevage et la géobiologie
Nom de l'article
L'agriculture, l'élevage et la géobiologie
Description
L'agriculture et la géobiologie. Les agriculteurs sont en première ligne pour constater l'influence du sous-sol et des ondes. Pourquoi ?
Auteur
Site
La géobiologie d'Anthony
Logo

Laisser un commentaire